« Des otages potentiels » : le monde universitaire français s’interroge sur sa coopération avec l’Iran

Les difficultés des chercheurs français et franco-iraniens à mener leurs travaux sur l’Iran préexistaient à l’arrestation de leurs homologues, Roland Marchal, libre depuis quelques semaines, et Fariba Adelkhah, qui devrait être fixée sur son sort dans les prochains jours.

« Pourquoi donc vous intéresser à un pays comme l’Iran ? Il faut être un peu fou ou mal intentionné. Or, vous êtes sain de corps et d’esprit, donc vous êtes mal intentionné. » Cette « logique », Bernard Hourcade ne compte plus les fois où il l’a entendue de la part des autorités locales. La « folie » du chercheur français ? S’être laissé happé par l’aimant persan dans les années 1970.

Lire la suite sur Middle East Eye

© 2021 Samuel Hauraix | ScrollMe by AccessPress Themes
error: Content is protected !!